Pintade - Boucherie Spiesser - Chez Christine Spiesser - Viandes de race
15662
page-template-default,page,page-id-15662,page-child,parent-pageid-19,et_bloom,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,columns-4,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Pintade

Avec sa drôle de tête, la pintade est originaire d’Afrique, où elle fut très tôt au menu des égyptiens.  On l’a appelée poule de Numidie (haute-Egypte) ou Poule du Pharaon, mais son nom actuel vient de la langue d’Oc, parlée il y a cinq siècles dans le sud de la France : l’adjectif « Pintado » signifiait « peinte » ou « bien fardée », à cause de sa tête blanche et rouge.

Mi-volaille, mi-gibier, au plumage moucheté et à la chair parfumée, la pintade, dont la France est le premier pays producteur, reste un met inhabituel, trop rare.

Jeune, sa viande est tendre et délicate, puis se corse avec l’âge. Si le nombre d’élevage a explosé ces dernières années, Cette viande blanche est très juteuse, assez grasse, mais ferme. C’est une viande maigre avec seulement 5% de matières grasses. Elle pèse en général entre 1 et 1,5 kg.

Pintade à la Boucherie Spiesser, Strasbourg, Holtzheim, Alsace, France

La pintade se cuisine rôtie au four, braisée, en suprêmes. On peut préparer les cuisses en confit et lever les suprêmes. C’est une viande qui aime les fruits, le miel, l’érable. Le chapon de pintade connaît un succès croissant sur les tables des réveillons.